Nouvelles

Vendée Globe. Clarisse a retrouvé le moral

03
Vendée Globe. Clarisse a retrouvé le moral

Clarisse Crémer a retrouvé le moral après un bon coup de mou après le passage du Horn. Un trop plein qu’elle explique avec ses mots simples et spontanés.

” Après mon petit coup de mou d’il y a 2-3 jours, je suis toujours fatiguée, mais j’ai retrouvé le moral. Je pense que c’était passager, j’ai trop attendu le cap Horn comme une délivrance et une partie de moi devait s’imaginer arriver aux Maldives après le virage, donc j’ai un petit peu déchanté. Ça m’a fait un petit peu lâcher les nerfs. Ça fait partie du cheminement et maintenant j’arrive beaucoup mieux à profiter de la vie à bord. C’est une belle victoire psychologique sur moi, même si ce n’est pas grand-chose. Je pense bien fort à Isabelle (Joschke), son abandon remet un petit peu tout en perspective, ça met le moral dans les chaussettes, après tout ce qu’elle a accompli ce n’est pas simple. On sait que c’est comme ça que ça marche, mais ce n’est pas facile à accepter.

Depuis que j’ai commencé en course au large, j’ai toujours entendu dire que le marin champion est celui qui arrivait à avoir un moral stable. J’ai encore du progrès à faire à ce niveau-là, même si à l’échelle du Vendée Globe, je pense que c’est normal d’avoir des hauts et des bas. Je suis contente car je n’ai pas eu tant que ça de coups de mou, je me suis même surprise dans les mers du Sud et j’étais contente de gérer ça comme cela. Et je me suis tellement contrôlée dans les mers du Sud que là, c’est un peu le contrecoup. C’est comme ça qu’on grandit !

Là, c’est le jour et la nuit, c’est comme si j’avais passé un dernier petit défi avec la dépression que j’ai passé, j’avais l’impression d’être encore dans les mers du Sud, c’était assez violent, mais ça n’a pas duré longtemps. Là, ça y est, il fait 15 degrés, il fait grand beau, j’avance tout droit vers le but. Dans environ 24 heures, je vais avoir à nouveau un petit peu de vent fort au près, mais ça ne devrait pas durer longtemps. Je profite de la chaleur, ce sont les conditions parfaites. Il ne fait pas trop chaud, pas trop froid, je peux juste être en collant, chaussettes, polaires. Je fais un peu ce que les anglais appellent du “champagne sailing”. Je suis sous FRO, j’avance entre 15 et 17 nœuds de moyenne tout le temps, ça ne fait pas peur et ça fait du bien.

Ça permet d’être plus détendue. Si je devais refaire le Vendée Globe, je travaillerais plus le sommeil. Ça m’arrive plein de fois d’aller me coucher épuisée et ne pas réussir à m’endormir car je suis trop tendue. Je fais de la sophrologie et des exercices de méditation pourtant. Je ne suis pas très efficace, en termes de temps allongée et temps endormie, je ne dois pas être la plus performante du Vendée Globe. J’arrive à me reposer, mais ce n’est pas encore un sommeil efficace, je suis tout le temps en train de me demander ce que je pourrais faire sur le bateau. J’ai pas mal de petites choses à réparer ces prochains jours. 


On a un petit morceau de près dans du vent fort dans 48 heures donc ça n’ira pas très vite et ensuite je vais pas mal m’arrêter dans l’anticyclone de Sainte-Hélène donc c’est un petit peu plus simple que la tête de flotte car ça sera assez droit, mais ça ne sera pas si rapide que ça. “

Загрузка...

Comments

Комментарии для сайта Cackle
Загрузка...

More news:

Read on Sportsweek.org:

Autres sports